Actualités

Les actus qui font choisir Eden Transports !

Les VTC et Taxis s’accordent contre la concurrence déloyale!

Les taxis et les sociétés de VTC de Paris s’unissent contre l’appli UberPOP permettant à des particuliers de transporter des personnes dans leur propre véhicule moyennant une rémunération.

Les taxis et les sociétés de VTC mènent un véritable combat contre l’appli UberPOP. Ils évoquent tout d’abord une concurrence déloyale leur faisant perdre des clients. Présentée comme covoiturage, certains chauffeurs d’appli en font un travail à temps complet et développent par la même occasion un travail au noir. Alors qu’une formation obligatoire de 250 heures est demandée aux chauffeurs de taxis et de VTC, ceux de la flotte Uber ne reçoivent qu’une formation délivrée par la société américaine. Mais encore, les chauffeurs travaillant grâce à l’appli UberPOP n’ont pas besoin de licence et fixent leur tarif en fonction de la durée et la distance de la course ce qui est jusqu’alors réservé uniquement aux taxis.

Les sociétés de taxis et de VTC espèrent bien, en assignant Uber de son activité illégale, obtenir gain de cause auprès du tribunal de commerce de Paris.

Eden Transports
13-115, rue Danielle Casanova Saint-Denis9393200 FR 
 • 01 48 09 08 07

La loi VTC est promulguée !

Ca y est, la loi dite "Thévenoud", visant à clarifier les conditions d'exercice des Voitures de Transport avec Chauffeur (VTC) et des taxis, a été promulguée le 2 Octobre dernier.

On pourrait croire que cela met fin à la guerre larvée qui les agite, mais l'interprétation du texte varie d'un camp à l'autre.

L'amendement 116

A la présentation de la première mouture de la loi à l'Assemblée, l'amendement 116 était apparu : il visait à obliger les VTC à rentrer à leur base entre deux courses, afin de réserver la maraude des clients aux seuls taxis. Levée de boucliers chez les représentants des VTC, ces derniers prétextant que cette contrainte serait économiquement intenable.

Un amendement de compromis

Lors du passage de la loi devant les sénateurs, et sous l'influence de l'UDI, un nouvel amendement a été ajouté pour équilibrer la situation. Ce paragraphe stipule que cette contrainte s'applique au VTC "sauf s’il justifie d’une réservation préalable ou d’un contrat avec le client final".

Des doutes sur l'interprétation

Les pro-VTC considèrent que tout utilisateur, en acceptant les conditions d'utilisation des applications sur smartphone valide un contrat, et évite donc au chauffeur tout retour à la base entre deux courses. Cette interprétation ne satisfait pas les taxis. Le décret d'application de la loi est donc très attendu.

Voiture de Transport avec Chauffeurs (VTC) : Loi définitive votée au Parlement

La proposition de loi de Thomas Thevenoud, ancien secrétaire d'état aux Transports, vient d'être adoptée par le Parlement. Celle-ci change notamment profondément la donne au niveau de la technologie utilisée par les VTC et les taxis

Une loi censée apaiser les tensions...

Lorsque Thomas Thevenoud a été nommé médiateur du conflit entre taxis et VTC, son rôle était d'apaiser les tensions. La loi votée par le parlement aura sans doute pour effet de calmer la colère des chauffeurs de taxis tant celle-ci remet en cause le modèle des VTC. Il est dorénavant interdit pour les chauffeurs de VTC d'utiliser les applications mobiles afin d'être géolocalisés par les potentiels clients. L'objectif de la manœuvre, c'est de défendre la prérogative des taxis : seuls ces derniers sont autorisés à prendre des clients dans la rue à la volée. Or, les applications mobiles, d'après eux, permettent de contourner cette prérogative.

Un avantage conséquent rendu aux chauffeurs de taxis

Concrètement, les VTC se voient donc interdits d'être repérés via les téléphones mobiles par les clients. La géolocalisation est elle aussi interdite. A l'inverse, l'Etat créé un registre pour les taxis qui permettra l'inverse : ces derniers pourront eux être repérés par des potentiels clients à partir du moment où ils figurent sur ce registre. Enfin, les VTC devront à chaque fin de course retourner à leur lieu de base ou stationner sur un parking.

La loi Thévenoud rebat donc totalement les cartes et confère un avantage important aux taxis classiques en les mettant seuls sur le créneau de la technologie.

Sources: Clubic Pro, AFP, Next INpact

VTC : Loi adoptée!

M. Thévenoud souffrant de phobie administrative, il doit rentrer se reposer. Va-t-il appeler un taxi ou un VTC? En tout cas la loi dont il était le rapporteur jusque-là, et qui traite du sujet, vient d'être adoptée en commission, et sera validée par l'Assemblée le 18 septembre.

Depuis plusieurs mois les chauffeurs de Taxis et de VTC s'affrontaient dans les médias, et dans les rues des grandes villes. Les premiers se plaignaient d'être victimes de concurrence déloyale, les seconds vantaient leur disponibilité et les nouveaux services qu'ils apportent aux clients.

Les nouvelles règles sont les suivantes : Les VTC n'ont pas, comme cela été réclamé par les taxis, à rentrer à leur base entre chaque course s'ils justifient d'une réservation préalable. Les taxis pourront, s'ils le souhaitent, être géolocalisés par les clients, contrairement aux VTC.

Cette clarification permet peut-être d'apaiser la crise, mais a-t-on pensé aux utilisateurs et à leurs problématiques de déplacement? Rien n'est moins sûr.

Sources: AFP, La Tribune.

La loi Thevenoud et les véhicules de transport avec chauffeur (VTC)

Après d'intenses tensions entre les taxis et les VTC (Voiture de Tourisme avec Chauffeur) l’Assemblée Nationale en ce 10 juillet 2014 vient d’adopter une proposition de loi présentée par Thomas Thévenoud.

Quelques points noirs sont montrés du doigt par les VTC ; à commencer par l’interdiction d’utiliser la géolocalisation de façon à indiquer leur position géographique sur le téléphone mobile des futurs clients. Les VTC ne pourront également plus prendre dans leur véhicule des clients qui n’auront pas réservé leur course à l'avance. En d'autre terme elles ne pourront plus "marauder". La proposition précise que si les véhicules de transport avec chauffeur enfreignent cette règle il leur en vaudra 15 000 € d’amende. Mais encore, après une course, les voiture de tourisme devront rentrer soit dans un parking privé ou à leur siège social, ce qui implique des dépenses d’essence, du véhicule et de plus une disposition non écologique et non urbanistique. Enfin, les chauffeurs ne bénéficieront pas du système de la lumière verte indiquant leur disponibilité.

Sources:
http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5714.2061593
http://www.20minutes.fr/economie/1397998-taxis-contre-vtc-avantages-et-inconvenients-du-futur-systeme-pour-ces-professionnels-du-transport
http://fr.wikipedia.org/wiki/Voiture_de_tourisme_avec_chauffeur