A bientôt un demi siècle d’existence, l’aéroport Roissy Charles de Gaulle doit faire peau neuve pour rester dans la cour des grands. L’horizon 2021 s’amorce avec la nécessité de construire un parking et un terminal 4. Dorénavant, dixième aéroport mondial en transit de passagers, la première aérogare gauloise a des ambitions bien prononcées. Pour rester en haut du palmarès, de nouveaux plans de construction sont en cours. RDC prend donc une nouvelle voie pour concurrencer les nouveaux projets pharaoniques tels que Dubaï, Madrid ou Pékin.`

Construire un parking à Roissy: une mesure sinequanone pour le dépôt de passagers

Charles De Gaulle est connu des franciliens pour être un cauchemar ambulant en terme de trafic automobile. Les places de stationnement étant vite submerger par des marées de véhicules. Construire un parking gigantesque est devenu vital pour assurer l’harmonie et la fluidité de la circulation. Ainsi, les appels d’offres émanant d’ADP ont commencé depuis la fin d’année 2019. Face à ce challenge de taille, construire un parking nouveau suscite des interrogations. Si en matière de travaux publics, les opportunités ne manquent pas. Nous nous interrogeons grandement  sur les différents modes de constructions existants. Pour maximiser ce projet incommensurable, les ingénieurs en génie civil ont de nombreux choix devant eux. En consultant le Guide du parking Park’up  , il faut se rendre à l’évidence que l’architecture pour construire un parking relève d’un travail de fourmi. Les différentes structures envisagées pour construire un parking rentable en terme d’espace oscillent autour d’aménagements en souterrains ou en silos à étages. Ces techniques de pointe permettront à l’avenir d’économiser de la surface et de faciliter la vie des voyageurs et accompagnateurs.

Un futur aéroport high tech avec la création d’un terminal 4

Si à l’heure actuelle, l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle tourne à 3 terminaux, la capacité d’accueil arrive à saturation. Or, l’augmentation du trafic aérien, d’année en année, ainsi que la prolifération du commerce international font que la zone aéroportuaire a du mal à se désengorger. En effet, RDC doit faire face à l’arrivée quotidienne de vols intérieurs, internationaux ainsi qu’à la progression constante des vols charters et low cost. Tout cet arsenal de lignes aériennes transitant quotidiennement mérite une réorganisation de taille. Dans cette perspective, le groupe ADP est tenu  de développer un nouveau projet futuriste. Ceci afin d’assurer la survie et la santé financière de l’établissement. La surface de ce futur terminal est estimée à 167 hectares. Il fera de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle un mastodonte dans l’arène des aéroports internationaux. Une aubaine pour la région Île de France générant par la même occasion des dizaines de milliers d’emplois.

Vers l’optimisation de la desserte de la zone aéroportuaire

Actuellement, l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle souffre de lacunes notables en matière de transports publics. Bien que  le besoin de construire un parking soit primordial. L’interconnexion avec les moyens de transports doit se faire de façon plus significative. Alors, un futur train nommé “CDG Express” verra le jour. Il promet d’assurer en 15 minutes la liaison entre la gare de l’Est et Charles De Gaulle. Ces atouts permettront aux voyageurs de faciliter leurs déplacements. Mais également d’alléger le transport de bagages en évitant les correspondances à répétition.En bref, la société ADP pour les années futures est dans l’obligation de moderniser toutes les infrastructures. Que ce soit au niveau architectural, du développement durable (espaces verts et énergies nouvelles) ou dans le domaine du transport et de la communication, l’avenir de Paris en dépend.

En effet, le défi de la capitale française et son rayonnement international s’exprime aussi dans le projet aéroportuaire. Pour continuer à apparaître dans le top 10 des villes hyperconnectées, la ville des lumières doit se surpasser.