Quelle alternative au métro pour les personnes en fauteuil roulant?

En région parisienne, les personnes en fauteuil roulant rencontrent de nombreuses difficultés pour se déplacer. En cause, des transports en commun qui sont loin d’être accessibles aux handicapés.

 

Le métro: une situation déplorable pour les personnes en fauteuil roulant à Paris

 

 Le réseau de métro parisien comptent plus de 300 stations. Seules 9 sont accessibles pour le transport de personnes à mobilité réduite. A l’heure actuelle, la ligne 14 est l’unique ligne équipée d’ascenseurs. Elle dispose aussi de quais adaptés aux rames de métro ainsi que de passages élargis. Mais pour les autres stations, la situation est affligeante. En effet, la majorité d’entre elles n’ont que les escaliers comme moyen d’accès. En sous-sol, on ne compte plus le nombre de marches pour aller d’une ligne à l’autre. Le manque de moyen en faveur des personnes invalides de guerre ou civil est remarquable.

Néanmoins, en ce qui concerne le RER, les personnes  en fauteuil roulant ont accès à la quasi-totalité des lignes A et B. En revanche, elles sont dans l’obligation de demander auprès de l’accueil la mise en place d’une rampe d’accès. Et une fois arrivée à destination, elles doivent attendre l’intervention d’un agent pour les aider à descendre.

Bien que les efforts législatifs aient étaient entrepris en leur faveur, ils restent encore timides. Néanmoins, les manifestations des plaignants se font entendre et les sociétés de transport public doivent redoubler d’effort pour aménager les espaces dédiés à l’handicap.

 

Le transport VTC: un service adapté et à la hauteur des exigences demandées

 

 Dans la capitale, les sociétés de transport de personnes sont de plus en plus nombreuses à proposer un service d’accompagnement pour les personnes en fauteuil roulant. Pour se démarquer des taxistes, certains VTC  mettent à disposition des véhicules haut de gamme adaptés aux personnes handicapées. Cependant, ce service exclusif est l’oeuvre d’équipes spécialement formé en entreprise pour répondre efficacement aux besoins des personnes à mobilité réduite.

Alliant confort, qualité et sécurité, elles font le nécessaire pour rendre les déplacements plus simple et pratique. De plus, la ponctualité et la flexibilité font partie des valeurs prônées par ces sociétés. En ce qui concerne le prix des prestations, aucune mauvaise surprise n’est à craindre puisque l’ensemble des courses sont programmées à l’avance. En remplissant une demande de formulaire sur Internet, les personnes en fauteuil roulant peuvent faire un devis en ligne et réserver par la suite.

 

Vont-il jouer une mission de service public dans la crise du Coronavirus?

 

 Dans son allocution télévisée du 16 mars 2020, Emmanuel Macron s’est prononcé sur les mesures de confinement concernant le Coronavirus. Pour faire face à cette crise sanitaire mondiale, le souhait de réquisitionner les transporteurs privés a été évoqué. Il se pourrait que les taxis et VTC jouent un rôle auprès des personnes gravement malades.

 Le 1er citoyen de France a évoquer la possibilité de recourir à ces professionnels pour effectuer les va et vient vers les hôpitaux. Depuis ces deux dernières semaines, le domaine du VTC est durement affecté par cette crise en raison des avions à terre. En effet, les navettes gares et aéroports représentent une part conséquente des dividendes des sociétés privés de transport VTC.

En redéfinissant la mission des chauffeurs privés dans cette crise sanitaire, le gouvernement pourrait  pérenniser l’activité économique de cette filière.

 

 

Le transport senior : un marché plein d’avenir à l’horizon 2030

En plein cap sur la crise du Covid 19, Eden Transports a subi comme toutes les sociétés de VTC subissent les revers de la crise.

Néanmoins, cette prise de conscience a permis de faire le point sur le marché du transport privatif et de découvrir de nouvelles opportunités. Parmi ces débouchés, nous avons pu constater que le transport senior constituait un nouvelle opportunité économique. Nous vous proposons donc de découvrir les coulisses de notre aventure durant l’éprouvante année 2020.

 

Les personnes âgées à mobilité réduite : un secteur en forte augmentation

 

Eden Transports s’est construit au cours de l’année 2019 en se spécialisant dans le transport de personnes à mobilité réduite. Cependant, en une décennie, la clientèle s’est fortement diversifiée. En effet, notre champ de compétences s’était principalement focalisé à prendre en charge grâce à notre flotte de véhicules spécialisée dans l’acheminement des PMR un public handicapé où la pyramide des âges était assez hétérogène.

La crise sanitaire actuelle a tout simplement changé la donne. De fait, le confinement à pousser les gens à rester à domicile. A contrario, la monopolisation en masse du transport médicalisé a vite montré ses limites. Face à un manque évident de véhicules, les sociétés de transport comme les nôtre ont été sollicités pour venir à la rescousse des ambulances.

La nécessité d’agir dans l’urgence nous a littéralement ramené aux prémices de notre engagement. A savoir le transport senior pour un public à mobilité réduite.

Une logistique exercée vers les EHPAD et les résidences seniors

 

Bien que le transport senior ait pu se développer de façon significative au cours de cette crise sanitaire, Eden Transport a pu constater par ses propres moyens que le marché du troisième âge est très significatif en France. Dans la pratique, les offres de bien et de service destinées aux personnes âgées sont haut de gamme et très agiles.

Lors de nos prestations, nous avons remarqué que la logistique jusqu’à l’intérieur de nos véhicules étaient très facilités. En effet, beaucoup de résidences médicalisées possédaient des élévateurs. Et si elles ne peuvent permettre l’accès des seniors jusqu’aux voitures aménagées, un rollator 3 roues permet de continuer la marche sans aucune difficulté. Ces appareils logistiques de dernière génération nous ont montré qu’une attention particulière était porté au transport senior.

De surcroît, les lois françaises en faveur des personnes fragiles et âgées a beaucoup évolué depuis les années 2010. Mais ceci découle certainement du bon sens et des rapports que l’INSEE a pu établir en faveur de la population française.

 Les personnes du troisième âge : un marché concomitant à la démographie française

 

Le transport senior ainsi que les prestations logistiques en faveur des personnes âgées n’est pas le fruit du hasard. Toute un marché s’est mis en place en parallèle depuis la dernière décennie. C’est ce que l’on nomme la « silver économie ». En l’occurrence, il s’agit de tout un marché pensé pour la génération du Papy-Boom. Cette génération née après la seconde guerre mondiale et qui pour les années 2020-2030 sera certainement la tranche d’âge la plus importante de la population française.

Du 1er au second confinement, c’est exactement dans cette tendance qu’Eden Transports s’est retrouvé inconsciemment en en mesurant les actions qu’aujourd’hui.

Notre société de taxi privé parisien s’est fait enrôler dans une activité humaine où elle ne s’y attendait pas. Car dans la pratique, le transport senior s’oriente sur des villes où la population française est beaucoup plus réceptive aux personnes âgées (Deauville, Cannes, Charente Maritime…).

Fier de notre nouvel engagement, nous relevons le défi pour l’année à venir. Certes, le transport senior est une nouvelle aventure pour notre entreprise. Désormais, nous l’accomplissons avec plaisir et beaucoup d’humanisme pour continuer à perdurer sereinement dans le transport de personnes en Île de France.

 

 

 

 

 

Métro parisien : loin d’être accessible à tous

L’accessibilité des transports en commun aux PMR reste toujours un problème non résolu. Pour preuve, seules 9 stations de métro parisien sur  303 sont adaptées aux handicapées ou aux personnes à mobilité réduite, soit 3% du réseau. Cette situation est regrettable, car la ville doit être un espace où personne ne se sent exclue.

Jusqu'à présent, aucun projet n'est en vue pour la mise en accessibilité du métro parisien aux PMR, et ce malgré les alarmes lancées par l'APF handicap.
Sur les 303 stations de métro, seules 9 sont adaptés aux PMR.

 

Une accessibilité médiocre

Malgré la journée nationale d’action lancée par l’association APF France Handicap le 26 septembre dernier, le problème de l’accessibilité du métro aux PMR reste encore une réalité. Pourtant, les délais accordés pour l’adaptation des stations accueillant les usagers ne cessent d’être prolongés. Son but est ainsi de dénoncer ces grands retards de l’Hexagone en la matière.

Selon l’association APF, des militants ont remplacé  les plans traditionnels de métro par des versions « revisitées » qui ne montrent que les stations accessibles aux personnes à mobilité réduite. Et les chiffres d’eux-mêmes : sur les 303 stations de métro, seules 9 sont adaptés, soit 3% du réseau. A titre de comparaison, l’association a aussi rappelé que ce taux s’élève à 82% à Barcelone et 88% à Tokyo.

Aucun projet de mise en accessibilité

Malgré les alarmes lancées par l’association, la RATP, de son côté, affirme qu’aucun projet de mise en accessibilité du métro n’est encore en vue, soulignant le fait que le bus est un bon moyen de transport de substitution pour les PMR : un argument qui ne peut justifier l’inaction face au problème d’accessibilité du métro.

Un projet de mise en accessibilité des métros doit donc être élaboré, car la ville ne doit laisser personne en marge. Comme solution, la meilleure alternative serait d’opter pour Eden Transports qui propose des services personnalisés, spécialement adaptés aux PMR.

 

Stationnement pour handicapé : le point sur les parkings sous-terrain !

Nous sommes heureux de vous annoncer que la France a réalisé d’énormes progrès en matière de stationnement pour handicapé. Dans les faits, nous réalisons que cette empreinte est effective dans la quasi-totalité des parkings où notre société de transport VTC  a accès depuis plus de 10 ans. L’évolution législative dans ce domaine et notamment pour l’accès des souterrains vers les centres commerciaux a été motivé par les associations de défense des personnes handicapées qui montent directement au créneau lorsqu’un manque est signalé. Cette avancée est significative même si beaucoup de lacunes sont à relever comme le manque d’accessibilité au cœur du métro parisien.

 Petit rappel sur les quotas de place au cœur des parkings

 L’arrêté du 1er août 2006 donnait déjà une excellente feuille de route. Il prévoit en faveur des PMR 2% du total des parkings. Une petite avancée qui permettait déjà aux personnes handicapées de se sentir encouragée. D’autant plus que le réflexe des automobilistes dans ses espaces clos fait place à la courtoisie et au respect. Ensuite, le choix est laissé à chaque municipalité de fixer le nombre précis de stationnement pour handicapé au cœur des zones de parking. Ici, le législateur prévoit un minimum de 10 places pour une moyenne de 500 places. L’autorité locale par arrêté décide tout en respectant la loi ordinaire qui lui est supérieure juridiquement dans la pyramide des normes.

Des places idéalement situées proches des accès et des sorties

 Le premier constat que nous pouvons établir à l’arrivée dans un parking souterrain; c’est tout l’intérêt qu’il est porté à ce public. Dans la quasi-totalité des cas de figure, le stationnement pour handicapé se situe à proximité des barrières d’entrée et des caisses des parkings. Généralement, pas plus d’une dizaine de mètres sur chaque étage du sous-sol ne sépare la place pour handicapé de la sortie vers un ascenseur approprié.

Les places sont également larges de plus de 3 mètres 30 pour permettre idéalement au public PMR de pouvoir descendre facilement du véhicule et le cas échéant de pouvoir se positionner sur un fauteuil roulant. Cette opportunité facilite le déploiement des rampes d’accès pour les véhicules spécialisés dans le transport des personnes handicapées.

Faciliter par les lois nationales de notre pays et aussi par la considération d’autrui dans un contexte social difficile, le stationnement pour handicapé a refait peinture neuve depuis 2017.

A ce sujet, les panneaux ainsi que les places sont matérialisés avec des logos et des peintures beaucoup plus visibles qu’auparavant. Les formats ont d’ailleurs été revues à la hausse et les panneaux ne mentionnent plus les écritures « G.I.G-G.I.C ». Le style actuel impose un panneau interdiction barré cette fois ci de deux traits ainsi que la mention « sauf » et le logo propice à la reconnaissance des personnes en fauteuil roulant.

 

 

 

 

Pourquoi les plateformes obliques sont essentielles au cœur de notre activité ?

Avant d’exercer principalement une activité de transport de personnes dans sa globalité, Eden transports Paris s’est développé autour du transport pour personnes à mobilité réduite en Île de France.

De cette activité est née notre empirisme  et notre nécessité de porter attention au quotidien à tout ce qui concerne la législation handicapée ainsi que l’environnement où évoluent ces personnes. Dans ce secteur du transport où le respect des relations humaines va de soi, nous remarqons que les plateformes obliques jouent une dimension de plus en plus importantes pour déplacer les personnes qui sollicitent les besoins de notre entreprise.

 Plateformes obliques : une solution plus confortable que la rampe d’accès PMR

Au cœur de certaines cliniques spécialisées ou d’EHPAD où nos chauffeurs privés exercent des prestations de transport pour des rendez-vous médicaux ou des retours à domicile, notre société remarque que celles-ci disposent d’ascenseurs adaptés à la mobilité des personnes en fauteuil roulant.

Cette innovation technologique très coûteuse mais très utile à nos yeux permet de faciliter l’autonomie des personnes roulant à l’aide de fauteuils électriques. Si bien que les accompagnants que nous sommes sont aussi comblés dans cette tâche.

En effet, bien que la rampe d’accès PMR soit déjà une grande avancée, l’accompagnant d’une personne handicapée doit aussi s’assurer de la sécurisation du fauteuil roulant lors des montées et des descentes. Rôle que les plateformes obliques appliquent à merveille. Elles évitent au chauffeur de forcer sur son dos toute la journée. Enfin, elles responsabilisent la personne handicapée en lui donnant plus d’autonomie.

De fait, nous remarquons que les personnes à mobilité réduite apprécient particulièrement ces appareils high tech. Pourtant, ceux-ci  manquent cruellement dans les métros parisiens. Au cœur des structures médicalisées, ces élévateurs électriques d’un genre nouveau sont très appréciés des patients. Car ils donnent avant toute chose de la considération à la personne ayant des difficultés à se déplacer.

 Des efforts encourageant au coeur des gares parisiennes

Nous sommes conscients que le développement des plateformes obliques est difficile au cœur des réseaux urbains franciliens. Tout d’abord, pour une histoire de coût financier. Mais aussi par manque de civisme. En effet, les halls de métro ne peuvent tous être équipé de ces innovations high tech. Le coût de la maintenance serait trop élevés en fonction des pannes. Puis, la malveillance des gens finirait par endommager le mécanisme.

En revanche, grâce à la volonté du réseau SNCF et du développement de sa branche « Mission Handicap » en faveur des PMR, les principales gares SNCF parisiennes disposent de quelques plateformes obliques. C’est ce que nous constatons lors des transits entre les navettes aéroports et gares au quotidien. Les aménagements fait en considération de ce public ont d’ailleurs dépassé les espérances. Effectivement, ce renouveau dans la prise en compte des handicapées résulte des plaintes successives et des procès fait à l’encontre de la régie des transports ferroviaires depuis ces trois dernières années.

Ainsi, en plus des plateformes obliques, les gares parisiennes se sont dotés:

Ce pas en avant motivé par les sanctions pécuniaires des juges de droit commun donne une nouvelle impulsion sociale en faveur des  personnes handicapées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La mobilité des PMR en Île-de-France : Parlons-en en quelques chiffres !

« Transports et handicap en Île-de-France », c’est le nom de l’enquête réalisée en 2013-2014 et publiée en 2016, dans le cadre de l’observatoire de la mobilité en Île-de-France,  par Île-de-France mobilités, l’ancien Syndicat des transports d’Île-de-France (STIF).

La population francilienne à mobilité réduite

En Île-de-France, 12% des personnes âgées de 5 ans et plus sont en situation de handicap. Pourtant, pas plus de 5% d’entre elles sont reconnues administrativement comme handicapées. 72% ont un handicap moteur. Les personnes en fauteuil roulant représentent 4,8% des celles en situation de handicap et 10,5% de celles qui ont une reconnaissance administrative de leur handicap. Pour les autres types de handicap, 17% des personnes handicapées ont des difficultés sévères pour entendre et 17% ont des difficultés sévères pour voir. 12% ont des difficultés mentales, cognitives ou psychiques et 6% ont des problèmes d’expression.

Le handicap, quelle que soit son ampleur, ne doit pas peser sur la mobilité et l’autonomie d’une personne. La marche et la voiture sont les solutions les plus adaptées aux déplacements à courtes distances. Mais la voiture devient indispensable pour les longs trajets. Elle est devenue plus accessible aux PMR grâce aux progrès technologiques. Mais des problèmes subsistent dans le déplacement au quotidien des PMR, surtout lorsqu’on parle de transports en commun. Bien que les services spécialisés comme le taxi pmr existe, il sont onéreux ou doivent être motivés sérieusement pour pouvoir bénéficier de subventions.

Les conditions de déplacement des PMR

4 Franciliens sur 10 rencontrent à un moment de la journée des difficultés dans au moins un déplacement. 29% de la population rencontre des situations de gêne temporaire pour la mobilité, cela peut être d’ordre médical ou autre. 23% des personnes en situation de handicap doivent utiliser un matériel pour se déplacer (canne, déambulateur, fauteuil roulant…). 72% des personnes en situation de handicap âgées de 18 ans et plus possèdent le permis de conduire, ce taux est de 80% pour l’ensemble des Franciliens.

Les trajets empruntés par les personnes à mobilité réduite ressemblent la plupart du temps en parcours du combattant. Chaque déplacement à Paris nécessite entre deux à trois fois plus de temps que pour les personnes n’ayant aucun problème de mobilité. Le problème vient surtout des pannes ou de révision d’ascenseurs.