Skip to content

Une bonne raison de laisser sa voiture au garage

En France, 84 % des ménages ont un véhicule particulier. C’est en tout cas ce que révèle l’étude annuelle « Budget de l’Automobiliste » effectuée par l’Automobile club association (ACA), publiée le jeudi 30 mars. Prendre sa voiture pour n’importe quelle course est devenue une habitude chez les Français.

Les Français laisseront-ils leur véhicule au garage en échange de deux euros? Une première expérimentation à Boulogne-Billancourt répondra à cette question.
Vous serez bientôt payé pour laisser votre voiture au garage.

Un système de péage positif

L’idée vient des Pays-Bas. Le principe est simple : les automobilistes qui acceptent de laisser leur voiture au garage aux heures de pointe sont récompensés. Testé à Rotterdam, ce système a déjà eu un certain succès. « A Rotterdam, 12 000 participants ont été recrutés et 60% ont joué le jeu, ce qui a permis de fluidifier le trafic. Et ce qui est intéressant, c’est qu’à la fin du programme, quand la récompense s’arrête, 85% des automobilistes continuent d’éviter de circuler aux heures de pointe », affirme Héline Mikielski, chargé de projet Mobilité chez Egis.

Bientôt un test en France

La Société du Grand Paris (SGP) et l’entreprise Egis projettent de tester le dispositif à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) dans le cadre des travaux du Grand Paris Express. Commençant vers fin avril ou début mai, le test durera un ou deux mois. L’objectif est de retirer « 5 à 8 % des voitures du trafic sur un axe congestionné », selon Héline Mikielski.

La voiture des participants sera équipée d’un boîtier géolocalisé qui permettra de vérifier que le véhicule ne circule pas aux heures de pointe. Cette expérimentation pourrait effectivement changer quelques mauvaises habitudes et pousser 10 % des participants à utiliser d’autres moyens de transport que leur propre voiture.

Le budget voiture des Français ne cesse d’augmenter chaque année, il s’est élevé à 5.883 euros en 2016. Le trafic auto est aussi responsable d’une grande partie de la pollution de l’air. Pourtant, la voiture reste indispensable face à certains problèmes de mobilité. Le défi est donc aujourd’hui d’inciter les riverains à leur voiture que lorsqu’il n’y a plus de meilleure solution.