Les avancées technologiques ont toujours été perçues comme destructrices d’emplois, le secteur des transports n’y échappe pas. A cause de cela, il y a des pays qui prennent des décisions qui peuvent sembler refuser le progrès, à l’exemple de l’Inde qui s’est opposée à la voiture autonome. Mais certaines personnes pensent au contraire que cette dernière est génératrice d’emplois.

La voiture autonome sera-t-elle destructrice ou génératrice d'emploi? Les opinions diffèrent en France et dans le monde.

Les opinions différent concernant l’impact de la voiture autonome sur l’emploi.

Grande incertitude

La course vers la voiture 100% autonome avance à grand pas. Certaines entreprises pensent même que des clients pourront commander une course sur leur smartphone dès 2018. Tout cela, sans l’intervention d’un conducteur humain. Des sujets ont fait débat concernant l’autonomie de la batterie, la capacité de l’IA à choisir l’action à faire en cas de problème ou encore la sécurité de la voiture face aux pirates informatiques. Mais tout cela semble se régler petit à petit.

L’un des questions qui attendent encore une réponse est celui de l’emploi, notamment des chauffeurs. L’introduction des voitures autonomes taxi dans le circuit les handicapera. En effet, le prix d’un véhicule autonome est équivalent à celui d’une licence de taxi à Paris. En plus de cela, le chauffeur humain doit encore financer ses formations et l’achat de sa voiture. Côté tarif, le robot est plus attractif car il ne perçoit pas de salaire, ce qui rend la course plus abordable. Mais la plus flagrante inégalité est physiologique. Contrairement au robot, l’homme doit prendre des pauses.

Face à ces inquiétudes, certains gouvernements se sont opposés à la voiture autonome. C’est l’exemple de l’Inde. « Comment pouvons-nous autoriser de tels véhicules alors que nous avons déjà un grand nombre de chômeurs ? » s’interroge le ministre des Transports, Nitin Gadkari.

La voiture autonome génératrice d’emploi

Les voitures autonomes ont un gros potentiel sur le développement du marché du travail selon Marc Andreessen, un pionnier du web. « Tous les 20 à 50 ans, des gens annoncent que les machines vont prendre nos emplois et cela n’arrive jamais (…) c’est une erreur de le penser », a-t-il affirmé. Les gens ont aussi paniqué lorsque l’automobile s’est démocratisée, il y a une centaine d’années. Pourtant, l’industrie automobile a généré beaucoup d’emplois par la suite.

Pour Andreessen, cela va plutôt nous aider dans notre vie professionnelle. « Nous pourrons aller facilement au travail et nous relaxer ou travailler alors que nous nous trouvons en transit. Cela ouvre des possibilités d’accroître notre productivité », explique-t-il.  Mais les choses risquent de ne pas se passer comme le prédit Andreessen si les Etats n’anticipent pas les changements que l’arrivée des voitures autonomes va provoquer. Une reconversion de ceux qui risquent de perdre leur emploi pourrait être nécessaire.