L’absence d’accessibilité du métro aux PMR à Paris reste toujours un problème non résolu. Pour preuve, seules 9 stations de métro parisien sur  303 sont adaptées aux handicapées ou aux personnes à mobilité réduite, soit 3% du réseau. Cette situation est regrettable, car la ville doit être un espace où personne ne se sent exclue.

Une accessibilité médiocre

Malgré la journée nationale d’action déjà lancée par l’association APF France Handicap, le problème de l’accessibilité du métro aux PMR reste encore une réalité. Pourtant, les délais accordés pour l’adaptation des stations accueillant les usagers ne cessent d’être prolongés. Son but est ainsi de dénoncer ces grands retards de l’Hexagone en la matière.

Selon l’association APF, des militants ont remplacé  les plans traditionnels de métro par des versions « revisitées » qui ne montrent que les stations accessibles aux personnes à mobilité réduite. Et les chiffres d’eux-mêmes : sur les 303 stations de métro, seules 9 sont adaptés, soit 3% du réseau. A titre de comparaison, l’association a aussi rappelé que ce taux s’élève à 82% à Barcelone et 88% à Tokyo. absence d’accessibilité du métro aux PMR est donc une réalité pesante.

Absence de projet de mise en accessibilité des PMR

Malgré les alarmes lancées par l’association, la RATP, de son côté, affirme qu’aucun projet de mise en accessibilité du métro n’est encore en vue. Elle souligne le fait que le bus est un bon moyen de transport de substitution pour les PMR. Cependant, cet argument ne tient pas la route. Il ne peut justifier l’inaction face au problème d’accessibilité du métro. Certes, il est vrai que le réseau date de plus d’un siècle. En revanche, des solutions à long terme sont toujours possibles. Cela passerai par des élévateurs, des rampes ou des ascenseurs aménagés. Un coût certain mais qui donnerait un coup de pouce sur aux PMR ainsi qu’aux touristes étrangers concernées. En effet, Paris est à la traîne face à d’autres mégalopoles comme Londres, New York ou Dubaï.

Un projet de mise en accessibilité des métros doit donc être élaboré, car la ville ne doit laisser personne en marge. Comme solution existante, la meilleure alternative serait d’opter pour un taxi privé. Un transport sur mesure qui propose des services personnalisés, spécialement adaptés aux PMR. Renseignez-vous auprès des organismes comme la MDPH pour étudier les possibilités d’aides financières existantes.