Skip to content

Numérique : le transport de personnes en pleine mutation

Face aux exigences des consommateurs de plus en plus connectés, la transformation numérique des entreprises de transport est incontournable. La réussite de cette dernière augmenterait l’efficacité de ces entreprises et améliorerait l’expérience client.

La cybersécurité est le plus grand défi du monde actuel, en parlant de digitalisation du transport. En effet, les voitures connectées sont des ordinateurs ambulants.
Le piratage est la principale menace pour les voitures connectées.

Les apports du numérique

A l’ère du numérique, la collecte et le partage des données deviennent essentiels. Garder le contact avec le client avant, pendant et après son déplacement fait donc partie des priorités de l’entreprise. En effet, les transporteurs ont besoin de recueillir et d’analyser un maximum de données pour concevoir et proposer les meilleures solutions de transport qui correspondent aux attentes des clients. Mais les clients aussi ont besoin d’être en contact permanent avec le monde extérieur, d’où la nécessité d’un système de communication embarqué qui fournit une connexion internet. Le numérique participe donc également à la mise en réseaux des acteurs du secteur transport.

L’usage du numérique est d’une manière ou d’une autre un gain de temps. Il permet entre autres de s’informer sur le trafic et éviter les embouteillages. Ces derniers priveraient l’économie d’un pays de 200 milliards d’euros, selon une étude d’un club automobile allemand. Cela inclut la consommation de carburant et le temps perdu. Un rapport de Deloitte Research, baptisé « Le transport à l’ère du numérique : l’avenir de la mobilité urbaine » révèle que les Américains perdent 34 heures par an dans les embouteillages. La situation n’est pas mieux en Europe puisqu’à Paris la perte s’élève jusqu’à 70 heures par an.

Des défis à relever

Les solutions intelligentes « qui rendent les transports plus sûrs, plus propres, plus efficaces et plus conviviaux » sont à encourager d’après les secrétaires d’Etat français et allemand chargés des Transports vers la fin de l’année 2016. Mais déjà la sûreté est un immense chantier.

Les véhicules autonomes sont des ordinateurs ambulants, ils sont donc vulnérables aux virus informatiques. Une expérience en juillet 2015 a déjà révélé que les fonctions d’une voiture connectée pourraient être contrôlées à distance avec un ordinateur portable ordinaire. La mise en place d’une cybersécurité du transport devient donc un enjeu majeur.

Parallèlement, les entreprises doivent penser à leurs collaborateurs dont les métiers peuvent sombrer s’ils ne suivent pas la transformation. Le personnel doit adopter une culture numérique et doit bénéficier de formations continues pour évoluer avec l’entreprise et les clients.