Skip to content

Tout savoir sur le stationnement interdit

Trouver une place de stationnement n’est pas toujours aisée, surtout dans les grandes villes. Pourtant, se garer dans un endroit non autorisé est considéré comme étant une infraction au code de la route. Voici quelques précisions sur les amendes et sanctions encourues…

 

En ville, il est souvent difficile de trouver une place de stationnement. Même si on est presser, il faut bien choisir l'endroit où on va se garer, au risque d'être sanctionné.
Trouver une place de stationnement est parfois un parcours du combattant.

Le stationnement abusif

On parle de stationnement abusif quand un véhicule stationne d’une manière interrompue sur un même point de la voie publique ou de ses dépendances pendant au moins sept jours. Mais dans certains endroits, cette durée peut être réduite selon les délais fixés par les autorités. En cas d’infraction, une amende allant de 25€ à 75€ est prévue. Et une mise en fourrière du véhicule peut être décidée si le conducteur est absent ou s’il refuse de le déplacer.

Dans certaines zones touristiques, il se peut aussi qu’un stationnement gênant devient abusif. Il s’agit là de tout véhicule garé et immobilisé plus de deux heures après l’établissement d’un procès-verbal pour stationnement gênant du dit engin. Il concerne principalement les camping-cars, les caravanes… Ici, la contravention est catégorisée de classe quatre. Donc l’amende prévue est de 135€ à 375€ (avec majoration).

Le stationnement gênant ou très gênant

Le stationnement d’un véhicule est jugé gênant dès lors qu’il bloque la circulation des piétons, des vélos ou des automobilistes. Généralement, ce blocage résulte d’une immobilisation devant certains points de la voie publique. Parmi ces points, on pourra citer : les ponts, les tunnels, les passages souterrains, les zones piétonnes, les bandes d’arrêt d’urgence… Classée parmi les contraventions de classe deux, l’amende prévue pour cette infraction s’élève à 35€ jusqu’à 75€.

Et dans certaines situations, ce stationnement peut être considéré comme très gênant. C’est le cas par exemple d’une immobilisation d’un véhicule sur les voies réservées aux transports en commun, aux handicapées ou aux transports de fonds; les passages réservés à la traversée des piétons; les voies vertes; les trottoirs… Ici, la contravention est catégorisée en classe quatre donc l’amende s’élève à 135€ jusqu’à 750€.

Le stationnement dangereux

Le stationnement dangereux est, comme son nom l’indique, un emplacement qui risque de mettre en danger les autres personnes. Parmi ces emplacements, on note toute immobilisation à proximité des passages à niveau, des virages, des croisements de route, au sommet de côtes et de montagnes ou tout autre endroit pouvant limiter la visibilité des autres usagers de la route.

Pour cette infraction, le code de la route prévoit une contravention de classe quatre. Ainsi, l’amende forfaitaire s’élève à 135€, majorée de 375€ sans dépasser les 750€. De plus, trois points sont immédiatement retirés du permis de conduire du contrevenant. Et, il risque également d’avoir une suspension du dit permis pour trois ans au maximum. Toutefois, cette durée peut être réduite si la conduite est indispensable pour les activités professionnelles. Enfin, une mise en fourrière peut être aussi appliquée si le conducteur était absent durant l’établissement de la contravention ou la refuse.