Les accidents de la route sont la principale cause de décès des jeunes dans le monde. Souvent par négligence ou aussi par ignorance, beaucoup de conducteurs continuent de prendre des risques. Mais de quels comportements s’agit-il ?    

Par ignorance ou par négligence, beaucoup de jeunes automobilistes continuent d'adopter des comportements à risques qui sont sources d'accidents mortels.

un nombre accru de jeunes devient adeptes du « bige drinking »

 

L’excès de vitesse

Une vitesse excessive surtout de nuit est très souvent une cause d’accident et accentue la gravité des blessures. En effet, 1 accident mort 2 est lié à ce comportement dangereux. Diminuer la vitesse entrainerait une baisse du nombre de mort sur les routes. D’après l’ONISR (Observatoire national interministériel de sécurité routière- France), une baisse de la vitesse moyenne de 1km/h se traduit par une diminution de 4 % de la probabilité d’accident.

La violation des mesures de sécurité

L’une des mauvaises habitudes les plus récurrentes chez les jeunes est le fait ne pas attacher la ceinture à l’arrière. Pourtant, cela accroît les blessures en cas d’accidents. Il en est, d’ailleurs, de même quant au non-port du casque du côté des conducteurs de 2 roues.

L’ivresse

Dans la majorité des pays dans le monde, l’alcool est impliqué dans 30% des accidents mortels chez les jeunes et les adultes. Cela constitue une préoccupation accrue, vu que dans de nombreux pays, la consommation d’alcool se généralise. En outre, un nombre croissant de jeunes devient adeptes du « bige drinking », pratique qui consiste à boire beaucoup de boissons alcoolisées  et rapidement à l’occasion d’une soirée.

La consommation de stupéfiants

Concernant les stupéfiants, on retrouve souvent sur les lieux d’accidents des drogues illicites, notamment du cannabis. Il s’agit d’une autre cause d’accidents mortels chez les jeunes. Il y a par ailleurs un risque élevé associé à la consommation d’alcool combiné à du cannabis. Les effets de ce stupéfiant sont actuellement bien connus grâce aux études épidémiologiques.

La fatigue

Statistiquement, la fatigue est moins connue puisqu’il n’est pas « illégal » d’être fatigué. Il est d’ailleurs très difficile de la confirmer ou la détecter comme un facteur d’accident dans un cas donné. Quoi qu’il en soit, il est indiscutable qu’il tient un rôle considérable en fin de nuit surtout chez les jeunes, à cause du manque de sommeil.

Surcharge de passagers

Le surnombre dans un véhicule est une également une mauvaise habitude chez les jeunes, puisque tous les jeunes n’ont pas une voiture à sa disposition, une permis ou parce qu’ils veulent toujours partir en groupe.  Il faut ainsi rappeler que les automobilistes ayant des occupants en surnombre se distraient très facilement. Bref, beaucoup d’efforts restent encore à faire du côté des conducteurs.