Skip to content

Stationnement à Paris : une galère au quotidien !

Entre la suppression des places de stationnement, l’augmentation incessante de la demande et les prix exorbitants proposés par les parkings privés, stationner à Paris est devenue une vraie galère !  Explications…

 

Stationnement à Paris : une galère pour les automobilistes
Saviez vous que 30% du trafic des grandes villes est directement lié à la recherche de places ?

 

Une pénurie de places…

Qui n’a jamais passé des heures à tourner en rond dans un quartier dans le but de trouver une place où garer sa voiture ? Trouver une place de stationnement à Paris relève d’un vrai parcours du combattant ! Et les chiffres le prouvent puisqu’on estime que la recherche d’espace de stationnement représente près de 30% du trafic parisien.

Une situation qui s’explique par la suppression de 35% du parc, soit plus de 61.000 places, entre 2001 et 2015. Un espace qui est aujourd’hui réservé aux Velib’ et aux Autolib’. A cela s’ajoute le problème des voitures, appelées « ventouses », qui ne bougent pas de leur position pendant plusieurs jours. Selon les estimations, elles occupent près de 80.000 places de stationnement résidentiel de la ville. Une occupation qui ralentit le rythme de rotation : une place en surface ne reste libre en moyenne que pendant une minute.

Force est de constater que l’offre est considérablement inférieure à la demande sans parler des prix qui ne cessent d’augmenter. Pour les résidents, la carte de stationnement coûte 45€ par an ou 90€ par trois ans depuis le 1er janvier 2015. Pour les visiteurs, la zone est divisée en deux parties : le centre de Paris (à 4€) et le périphérique (à 2,40€). Quant aux parkings souterrains, les tarifs varient selon les quartiers mais s’élèvent en moyenne à 2,50€.

 

…les amendes vont augmenter !

Et comme si le casse-tête des franciliens n’était pas suffisant, la mairie de Paris a décidé de doubler, voire même tripler, le montant des amendes à partir du 1er janvier 2018. Ainsi, il passera de 17€ à 50€ dans les onze premiers arrondissements et à 35 € dans les neuf autres. Le but est de lutter contre les « voitures ventouses » en augmentant « la rotation des places disponibles pour permettre aux automobilistes de se garer plus vite » explique le Groupement des autorités responsables de transport (Gart).

Et ce n’est pas tout ! Les grilles de stationnement seront aussi concernées par des modifications. Si les tarifs stagnent à 4€ par heure au centre du Paris et à 2,40€ par heure en périphérie, une grille de tarifs volontairement prohibitive s’appliquera à ceux qui restent sur la même place au-delà de deux heures. Dans les onze premiers arrondissements, le stationnement pourrait même atteindre jusqu’à 50€ pour six heures.