Skip to content

Transport de demain : la course s’accélère

En Arizona, aux États-Unis, le Google Car transporte déjà depuis le mois dernier de vrais passagers en échange de leur avis sur cette expérience. De son côté, Uber espère faire des tests sur le transport de personnes avec des voitures volantes d’ici 2020.

Il est plus probable que la voiture autonome soit commercialisée avant la voiture volante. Si Uber envisage de faire des tests de voitures volantes avec des vrais passagers en 2020, Google a déjà commencer à en faire sur les voitures autonomes.
La voiture autonome est testée avec des vrais passagers.

Des centaines de passagers pour le test du Google car

Le géant américain du web l’a annoncé mardi, les tests de sa voiture sans chauffeur avec des vrais passagers ont déjà commencé depuis le mois de mars à Phoenix. Ce test cible des centaines de personnes ayant des profils et des besoins de transports différents. Le but est de rassembler un maximum de données sur les directions demandées, la communication entre les passagers et l’ordinateur et les informations demandées par les clients. Ces tests se passeront sous les yeux vigilants d’un ingénieur de Waymo, la filiale de Google qui s’occupe de la voiture autonome.

Les clients auront un accès gratuit à la flotte de véhicules sans chauffeur de Google « tous les jours à n’importe quelle heure, pour aller n’importe où dans une zone grande comme environ deux fois San Francisco », explique John Krafcik, le patron de Waymo. « Nous voulons qu’autant de personnes que possible expérimentent notre technologie », a-t- il ajouté.

Uber vise plus haut mais prend plus de temps

Le leader des VTC a également fait une déclaration mardi lors d’une conférence à Dallas. Ainsi, Uber voudrait pouvoir transporter de vrais passagers dans ses voitures volantes à l’occasion de l’Exposition universelle de 2020 à Dubaï. Ce projet ne pourra être réalisé qu’en passant des accords avec Dallas, le gouvernement de Dubaï et de nombreuses entreprises, dont Bell Helicopter, Aurora ou Pipistrel.

Uber voit la voiture volante électrique, de petite taille, pouvant décoller et atterrir à la verticale, la plus silencieuse possible et sans émission de gaz à effet de serre. Voilà de gros défis qui nous font garder les pieds sur terre, il faudra encore attendre au moins jusqu’en 2020 pour voir des clients voyager dans des voitures volantes.

Dans cette course effrénée vers le transport de demain, les entreprises oublient souvent les enjeux les plus importants : ces nouveaux moyens de transport seront-ils moins polluants et plus sécurisants, que ce soit en termes de sécurité physique ou de celle des données personnelles ?