Avril 2021 sonne un tournant pour la ligne LGV Bordeaux Toulouse. L’état à travers la voix de son premier ministre Jean Castex débloque une enveloppe exceptionnelle de 4,1 milliards pour le projet. Toulouse, 4e ville de France, trop négligé et amputé de ce point de vue vient de réaliser un vrai coup de force politique par la voix de son maire et la présidente de région. Revenons sur cet épisode passionnel qui dure depuis trop longtemps.

 Ligne LGV Bordeaux Toulouse : dans le prolongement financier de la LGV Marseille Nice

2nd foyer de population majeure en France, il était tout à fait normal d’attribuer le marché à la LGV Provence. Mailler le transport ferroviaire de manière réduite fait obstacle depuis un certain temps entre sur un littoral urbain très peuplé. Cependant l’Occitanie est délaissé à ce sujet. Les liaisons Montpellier Perpignan permettrait d’avoir une meilleure zone d’échange avec l’Espagne. Puis de redynamiser économiquement ce réseau. Puis en ce qui concerne la ligne LGV Bordeaux Toulouse, elle permettrait de relier la capitale en seulement 3 heures au lieu de 4h20 actuellement.

Cette nouvelle est l’heureuse bienvenue chez les haut-garonnais qui pourront à l’horizon 2030 atteindre la capitale plus rapidement. Il faut dire que les deux heures 20 de train qui sépare Bordeaux ont des airs de train inter-régional à vitesse réduite. Surtout quand on sait que le double de distance pour accomplir Bordeaux Paris se réalise quasiment sur une durée équivalente.

 Un financement au détriment de l’aménagement de la ligne RER B Charles de Gaulle

Certaines voix targuent une logique clientéliste dans le financement de la ligne LGV Bordeaux Toulouse au profit de la ville Rose. Ce raisonnement est à la voix vraie et mesurée. Car dans cette enveloppe conséquente, c’est aussi un manque réel à gagner pour l’aménagement de la ligne RER B jusqu’à Roissy. En effet, la modernisation des rames ainsi que l’amélioration du réseau sauront retarder. Mais le défi de l’aménagement territorial de la France est énorme et ne peut être financé d’une seule traite. Une chose est sur Toulouse devient la grande gagnante pour les années à venir même si le retard en la matière est évident.

 Le projet de développement de ligne RER pour la ville Rose

Les trajets entre la gare Matabiau et Montparnasse sont journaliers. Le développement de la ligne LGV Bordeaux Toulouse ne fait que ravir les usagers. Bien que les contestataires dénoncent l’efficacité du trafic aérien Blagnac et les aéroports IDF, le billet d’avion n’est pas accessible à tous. Néanmoins, si la ligne aérienne est maintenue grâce à une distance en train supérieur à deux heures de Paris, la suppression de la navette Bordeaux Paris est sujette à frustration.

Le tracé de la ligne Bordeaux Toulouse est l’occasion de moderniser les gares de Montauban et d’Agen. Mais aussi pour Toulouse Métropole d’envisageait son agrandissement. En effet, la ville Rose est toujours en tête du podium en France concernant la croissance démographique et l’arrivée de nouveaux habitants. Après avoir colonisé la troisième couronne, les habitants ont tendance à chercher des logements beaucoup plus loin. Cette nouvelle ligne est donc l’occasion de renforcer les liaisons entre les villes et d’envisager un RER à la Toulousaine. Souhait confirmé par le maire actuel qui déconcentrerait un peu plus le tissu urbain. En définitive, les tentacules de la ville des violettes pourrait favorablement s’étendre jusqu’à Montauban dès 2030.