Actualités

Les actus qui font choisir Eden Transports !

Stationnement à Paris : vers une automatisation des PV ?

Des voitures qui verbalisent automatiquement le stationnement illicite ? Paris se prépare à l’expérimentation ! Explications…

 

Le stationnement : casse-tête des parisiens

Dès le 1er janvier, le PV passera de 17€ à 50€ dans les onze premiers arrondissements de Paris

 

Verbalisation automatique

Fini de jouer au chat et à la souris avec les automobilistes, la mairie de Paris veut, une bonne fois pour toute, mettre un terme aux stationnements illicites. Dès 2018, elle entend mettre en place un système de contrôle et de verbalisation plus efficace. Elle a ainsi lancé un appel d’offres qui prévoit que « toutes les places de la zone centrale de la ville doivent être contrôlées au minimum une fois par jour ».

Parmi les propositions étudiées, la LAPI ou lecture automatisée des plaques d’immatriculation d’Indigo semble être la plus intéressante. Il s’agit d’un dispositif permettant de flasher automatiquement les plaques des véhicules mal-garés. Pour ce faire, le leader mondial du stationnement compte déployer une flotte de voitures et de scooters. Armés de flasheurs automatiques, ces derniers vont sillonner Paris tout au long de la journée. Le système est d’ailleurs déjà utilisé dans plusieurs grandes villes dont Madrid. Par heure, 1.500 plaques sont ainsi enregistrées en voiture et près de 600 en scooters. Et les résultats sont plutôt probants puisque la capitale espagnole affiche un taux de 85% de paiement depuis son utilisation.

 

Fini les soucis de stationnement avec Eden Transports

Si cette nouvelle mesure devrait permettre à la capitale de chasser les voitures ventouses, elle va aussi lui remplir ses caisses. En effet, c’est une des méthodes utilisées par la mairie pour inciter les parisiens à payer leur stationnement. C’est tout à fait normal sauf qu’on est aujourd’hui à un stade où les places disponibles sont largement inférieures aux demandes quotidiennes. Certes, les véhicules ventouses en sont en grande partie responsables. Mais, cette situation résulte aussi de la suppression d’espace de stationnement au cours de ces dix dernières années. Entre 2001 et 2015, 35% du parc, soit plus de 61.000 places, ont ainsi disparu.A cela s’ajoute l’amende onéreuse qui entrera en vigueur dès le 1er janvier 2018. Appelée Forfait post-stationnement (FPS), elle passera de 17 à 50 euros dans les onze premiers arrondissements et à 35 euros dans les neufs autres.

Conduire sa propre voiture pour faire des courses, aller au travail… devient ainsi de plus en plus compliquer pour les parisiens. Seule solution efficace et rentable : faire appel à Eden Transports. Doté de plusieurs années d’expérience, nous assurons un service de qualité à prix très compétitif. Fini les soucis de stationnement, avec seulement quelques clics, vous aurez à votre entière disposition une voiture avec chauffeur. Et pourquoi ne pas faire appel au service navettes aéroport pour vous récupérer ou vous ramener vers l’aéroport Orly, Roissy-CDG ou Beauvais ?

Eden Transports
13-115, rue Danielle Casanova Saint-Denis9393200 FR 
 • 01 48 09 08 07

Paris : la pollution revient, la circulation alternée aussi

Les pics de pollution ont particulièrement marqué la France, et notamment Paris, durant l’année 2016. Mais, la capitale et sa région n’en a pas encore fini avec ce drame environnemental. Mardi encore, la mairie a dû mettre en place des mesures pour limiter le trafic.

Les pics de pollution reviennent à Paris et en Île-de-France. La ville de Paris a demandé à ce que la circulation différencier soit mise en oeuvre.

Paris est de nouveau victime de la pollution atmosphérique.

Pic de pollution à Paris

Cela fait maintenant 2 jours que Paris subit un épisode de pollution. Si l’indice de pollution dans la capitale était de niveau 6 dimanche, elle se serait élevée à 7 depuis lundi d’après les prévisions de Airparif. La concentration à l’Ozone a été très élevée lundi et mardi, dépassant le seuil d’information et de recommandation.

Pour se protéger de cette pollution à l’Ozone, les Franciliens ne doivent sortir l’après-midi qu’en cas de nécessité. Il est également conseillé de ne pas utiliser des produits à base de solvants. Enfin, il vaudrait mieux remettre à plus tard les footings et autres exercices physiques, que ce soit en pleine air ou à l’intérieur.

Circulation alternée et stationnement gratuit

La ville de Paris a demandé à la préfecture de mettre en place des mesures pour limiter la casse, la circulation différenciée a notamment été réclamée. Cette dernière, déjà utilisée du lundi 23 janvier au mercredi 25 janvier, se base sur les vignettes Crit’Air pour déterminer les véhicules qui peuvent circuler dans l’agglomération parisienne.

Les véhicules non-classés et ceux classés Crit’Air 4 et 5 seront les premiers concernés par l’interdiction de circuler. « La circulation alternée peut désormais être remplacée par des interdictions de circuler pour les véhicules les plus polluants, de façon graduée et progressive selon l’évolution du pic de pollution », a déclaré la mairie dans un communiqué. Les poids lourds de transit n’auront pas non plus le droit d’entrer dans la capitale et les automobilistes doivent réduire leur vitesse à 20 km/h.

Sécurité routière : la Cour des comptes fustige la politique de l’Etat

Si l’Etat encaisse de plus en plus d’argent grâce aux amendes, le nombre de morts sur les routes est aussi en hausse. C’est ce que révèle la Cour des comptes dans un rapport. Cela va à l'encontre de l'objectif de l'Etat de lutter contre l'insécurité routière. 

Le nombre de morts sur les routes a grimpé en 2016. Pourtant, l'Etat gagne beaucoup d'argent grâce aux amendes payées. La Cour des comptes dénonce cette situation.

La lutte contre l'insécurité routière fait partie des objectifs de l'Etat.

Hausse du montant des amendes

Selon ce rapport de la Cour des Comptes, le montant des amendes payées à l’Etat a augmenté de 11,6%. Plus précisément, « le montant global des amendes perçues par l’Etat au titre de la circulation et du stationnement routiers s’est élevé à 1 ,8 milliard d’euros au lieu de 1,6 milliard d’euros en 2015 ». Plus de 50% de cette recette proviennent des radars automatiques.

La Cour des comptes salue ce résultat positif pour le budget de l’Etat. Cela témoigne « d’une meilleure efficacité » des radars, note le rapport. Il faut toutefois analyser cette hausse « au regard de l’objectif gouvernemental de diminution de la vitesse sur les routes, première cause d’accidents mortels », ajoute-il.

Hausse de la mortalité routière

Tout en saluant l’augmentation des recettes de l’Etat sur les amendes, la Cour des comptes ne s’est pas privée d’émettre des critiques. Et pour cause, la moitié des recettes des contraventions ne contribuerait pas à la lutte contre l’insécurité routière. Ce qui a fait augmenter le nombre de morts sur les routes en 2016.

« En 2016, les résultats de la mortalité routière ont été confirmés à la hausse pour la troisième année consécutive avec près de 3500 tués sur les routes françaises en métropole ». Les hausses enregistrées en France métropolitaine ont été de 3,5% en 2014, de 2,3% en 2015 et de 0,2% en 2016.

Sécurité routière : des zones tactiles traversantes à Paris ?

Environ 4500 piétons par an sont victimes d’accidents de la route en Île-de-France. Face à cette situation, la sécurité routière et les villes ont fait de la sécurité des piétons une priorité en 2017. Dans ce sens, la ville de Paris va prochainement mener des tests pour voir l’efficacité des zones tactiles traversantes.

Test des zones tactiles traversantes pour les aveugles

La ville de Paris prévoit d’expérimenter les zones tactiles traversantes pour les passages piétons à partir du 21 juin 2017. Ces dispositifs aident les personnes en situation de handicap, notamment celles ayant des déficiences visuelles à s’orienter lors d’une traversée difficile. Le test durera 6 mois, dans le XIVe arrondissement de la capitale.

L’objectif est d’abord de recueillir les retours d’expérience des personnes directement concernées, de voir les effets de l’installation de tels dispositifs sur les autres usagers, mais aussi de mesurer leur longévité. Un rapport final d’évaluation sera rédigé lorsque le test sera terminé, mais la directrice des infrastructures de transport peut suspendre l’autorisation d’expérimentation ou la conditionner à la prise d’autres mesures.

La sécurité des piétons, une priorité pour la ville

La ville de Paris a mis la sécurité des piétons au premier plan en 2017. La ville va même signer la Charte internationale de la marche et travaille déjà sur une stratégie dite « Paris piétons » pour répondre aux attentes des Parisiens. La Mairie favorise donc ces aménagements piétons.

Les enjeux sont nombreux. La marche à pied est un mode de déplacement très pratique, rapide et gratuit dans une grande métropole comme Paris. C’est également une pratique limitant les impacts de l’homme sur l’environnement et favorisant la santé.

Vers le début de l’année, la Sécurité routière avait déjà procédé à une sensibilisation des piétons, en insistant sur les publics vulnérables.

Ligne RER B : les galères persistent !

Après avoir fait face à de nombreux incidents, la ligne RER B va mal. Une situation critique à laquelle les responsables du transport en Ile-de-France tardent à trouver des solutions.

 

Au cours de ces derniers mois, le RER B enchaîne les incidents

Au cours de ces derniers mois, le RER B enchaîne les incidents

 

Des incidents en série

Au cours de ces quatre derniers mois, le RER B est en grande souffrance. En effet, entre les annulations, les retards et les problèmes techniques, la seconde ligne du réseau francilien enchaîne les incidents. A titre d’exemple, le mois de mars a enregistré à lui-seul 40 perturbations.  Celles-ci ont, bien évidemment, eu d’importantes répercussions sur la ponctualité puisque seule une journée sur 31 a pu respecter « l’objectif de 94% de trains à l’heure ».

Une situation intolérable pour Valérie Pécresse, la présidente du Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France) qui n’a pas hésité à pointer du doigt la société Grand Paris. « Je n’accepterai pas que les travaux du Grand Paris Express, qui doivent durer dix ans, se traduisent par une pénalisation dramatique du quotidien des usagers » a-t-elle souligné. Et elle n’a pas tort puisque ces travaux sont en grande partie responsables de ce dysfonctionnement du RER B.

A noter, un énorme chantier est en cours depuis le mois de février dernier à la gare d’Arcueil-Cachan (Val-de-Marne) pour la mise en place de la ligne 15 sud du Grand Paris Express, une gare souterraine. Avant ces travaux, le RER B a assuré une ponctualité pour 90% de ses trains au quotidien. Mais rapidement, une chute de 76% a été enregistré en février sur la branche Saint-Rémy-lès-Chevreuse et à 63% sur celle de Robinson. Et pour cause, la ligne doit passer en dessous de 30km/h au niveau d’Arcueil-Cachan.

 

Des propositions de solution

Face à cette situation dramatique, la RATP et la SNCF ont rencontré le Conseil du Stif, le 31 mai dernier. A l’issue de cette réunion, plusieurs propositions ont été avancées dont l’autorisation de rouler à plus de 30km/h à Arcueil-Cachan. Ceci devrait permettre de rattraper le retard en cas de petits incidents. De son côté, la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des transports (FNAUT) suggère la mise en place d’un quai de secours au niveau de Denfert. Un aménagement qui ne devrait que coûter 1,5 million d’euros.

Mais tout cela reste encore au stade des propositions qui n’auront aucun impact immédiat sur la situation actuelle. D’ailleurs, pour qu’il y ait un réel changement, il faudra attendre la fin des travaux vers la fin de cette année. En attendant, les 800.000 usagers du RER B devront encore serrer leurs dents. Et ils ont de quoi à s’énerver puisque le Stif a annoncé qu’il n’effectuera aucun éventuel remboursement des abonnements pour ce mois de juin.

Comme quoi, les transports en commun ne sont visiblement pas la meilleure option pour démarrer une bonne journée. A l’inverse d’Eden Transports dont la ponctualité s’inscrit parmi ses valeurs. Et avec le système du prix fixé en avance, les clients n’auront pas de mauvaises surprises à leur arrivée.