Actualités

Les actus qui font choisir Eden Transports !

Parkings : une hausse des prix en Ile-de-France ?

Parking : hausse des prix en Ile de de France ?

Les automobilistes échappent à la hausse des carburants mais pourraient bien faire face à une autre inflation : celle du prix des parkings. Explications…

 

Taxés les gestionnaires de parkings

Pour financer la construction du Grand Paris Express, les députés ont voté une nouvelle taxe le 20 décembre dernier. Celle-ci touche les gestionnaires des parkings : Q-Park, Vinci, Effia, Indigo… Une place de parking pourrait ainsi être taxée jusqu’à 7 euros par an et par mètre carré avec un réajustement progressif jusqu’en 2022.

« Très précisément, il s’agit d’une extension de la taxe sur les bureaux, spécifique à l’Ile-de-France, qui avait été créée il y a une trentaine d’années. En 2001, cette taxe avait été élargie aux espaces de stationnement liés à ces bureaux. En 2019, les parkings commerciaux, par exemple celui des Invalides à côtes de l’Assemblée générale, seront donc également annexés » explique Gilles Carrez, député LR. La taxe devrait générer entre « 15 à 20 millions d’euros par an », a-t-il précisé.

 

Quels impacts pour les usagers ?

Certes, cette décision vise les gestionnaires de parkings mais ce sera sûrement les automobilistes qui vont en payer le prix. En effet, la taxe pourrait être ajoutée aux tarifs comme l’ont déjà soulevé la Fédération nationale des métiers du stationnement (FNSM) et le Conseil national des professions de l’automobile. Selon leur estimation, la hausse pourrait aller de « 5 à 20% à Paris et jusqu’à 30% dans les autres communes d’Ile-de-France ».

Comme quoi, avoir un véhicule devient de plus en plus compliqué sur Paris et sa région. Une solution pour éviter ce souci ? Faire appel à Eden Transports qui propose divers services flexibles selon les besoin de chaque client et disponibles tous les jours, 24h/24.

Eden Transports
13-115, rue Danielle Casanova Saint-Denis9393200 FR 
 • 01 48 09 08 07

Roissy : l’aéroport renforce sa lutte contre les taxis clandestins

Roissy : l’aéroport renforce sa lutte contre les taxis clandestins

Utilisés par plus de 60 millions de personnes chaque année, l’aéroport Roissy-Charles de Gaulles est devenu le terrain de chasse préféré des faux-taxis.  Pour les contrer, le deuxième aéroport d’Europe a mis en place un dispositif spécial.

 

Une vidéo

Tout a commencé par une vidéo postée sur Youtube en novembre dernier. Celle-ci montre un taxi clandestin qui exige 247 euros à des touristes thaïlandais pour le trajet entre l’aéroport de Roissy et Paris. Or, le prix de cette course aurait dû être aux environs d’une cinquantaine d’euros.

 

Un dispositif

Suite à cette arnaque, le chauffeur a été rapidement arrêté puis condamné à 8 mois de prison ferme. Mais la vidéo, visionnée plus de 415.000 fois, a eu un impact important sur le trafic. « Ce jour-là, on a perdu des centaines de touristes thaïlandais et des milliers à l’international » a déploré Augustin de Romanet, PDG d’Aéroports de Paris.

Pour redorer son image, l’aéroport de Roissy a mis en place un dispositif visant à éradiquer les taxis clandestins. Celui-ci consiste à rendre les « Taxi officiel aéroport » plus visibles et accessibles aux passagers. Dès leur arrivée, ces derniers sont alors accostés par des chauffeurs avec une carte professionnelle apparente pour prouver qu’ils sont bien « agréés ». En tout, une quarantaine de chauffeurs sont répartis dans les différents terminaux de l’aéroport de 5 heures à 23 heures, tous les jours.

 

Une alternative

Pour vous éviter tout ce stress, pourquoi ne pas seulement faire appel à un professionnel ? Eden Transports propose un service navette en partance ou en provenance de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Il suffit de quelques clics pour réserver un moyen de transport fiable, ponctuel et sécurisé. Et, pour éviter toute arnaque, vous pouvez lancer notre devis en ligne pour connaître le prix de votre trajet en avance.

Sécurité routière : de nouvelles normes européennes

D'ici à trois ans, les constructeurs automobiles devront embarquer dans les véhicules des dispositifs modernes d'aide à la conduite : c’est ce qui ressort du mis à jour initié par les ministres de l'Industrie européens concernant le « règlement sur la sécurité générale ».

D'ici à trois ans, les constructeurs automobiles devront embarquer dans les véhicules de nouveaux dispositifs modernes d'aide à la conduite.

Ces dispositifs seraient applicables d’ici à 3 ans.

 

De nouveaux dispositifs

D’ici à quelques années, les constructeurs devront se conformer aux nouveaux dispositifs de sécurité routière en Europe. Lors de leur réunion fin novembre, les ministres de l’Industrie de l’UE ont adopté un projet de règlement rendant obligatoire l'installation de systèmes « avancés » d’aide à la conduite dans tous les véhicules mis sur le marché, et qui seraient applicables d’ici à 3 ans.

Parmi ces dispositifs d’aide, on retrouve l’aide au maintien de la trajectoire, le freinage d’urgence automatisé, la détection de la somnolence, une fonction optionnelle d’adaptation intelligente de la vitesse, le contrôle automatique de la pression des pneus ou encore les ceintures de sécurité nouvelle génération ?

De plus en plus de dépenses…

Les exigences en matière de sécurité routière sont donc de plus en plus dures. Et avec l’application prochaine de ces dispositifs, les automobilistes devront dépenser davantage d’ici à 3 ou 4 ans pour équiper son véhicule, changer ou acquérir une voiture dernier cri. C’est pour cette raison d’ailleurs que les ministres demandent aux constructeurs de réduire les coûts, et de « tout faire pour qu’ils soient largement adoptés par les automobilistes ». Mais il est pour le moment difficile d’imaginer un dispositif  moderne, dernier cri, mais vendu à un prix réduit.

En revanche, il est toujours possible de rouler au quotidien avec une voiture de norme récente avec des dispositifs avancés, sans dépenser une fortune : opter pour une autre alternative moins onéreuse et plus pratique comme Eden Transports. Celle-ci propose un service de transport personnalisé avec chauffeur et qui permet à tout un chacun de se déplacer en toute sécurité, avec un très haut niveau de confort.

Sondage : les conducteurs, sensibilisés mais imprudents

Selon une récente étude menée par l’institut de sondage CSA, les parents sont inquiets pour la sécurité de leurs enfants en voiture, mais restent imprudents au volant : beaucoup d’efforts sont encore à déployer.

Les parents sont inquiets pour la sécurité de leurs enfants en voiture, mais restent imprudents au volant : c'est le résultat d'un récent sondage.

20 % oublient de vérifier si leur enfant est attaché.

 

Manque de vigilance

Ce baromètre a confirmé que 98 % des parents sondés possèdent un véhicule et l’utilisent au moins une fois par semaine. 65 % d’entre eux avouent, néanmoins, être distraits par leurs enfants lorsqu’ils conduisent. La présence d’enfants dans la voiture devrait tendre à améliorer la conduite sur la route, alors que les parents affirment continuer à adopter des comportements à risque quand ils sont au volant.

De ce fait, 27 % des interrogés reconnaissent qu’ils dépassent les limitations de vitesse, 15 % utilisent leur Smartphone au volant. 10 % conduisent en état d’ivresse ou sous l’emprise de stupéfiant.  Le même taux affirme ne pas respecter nécessairement la priorité, le stop et le feu. Par ailleurs, 20 % avouent même qu’ils oublient de vérifier si son enfant est bien assise, attaché ou de l’installer dans un équipement adapté.

Des chiffres paradoxaux

Les chiffres sont paradoxaux  puisque selon le même baromètre, 4 sur 5 interrogées sont inquiets du comportement des autres usagers de la route pour leurs enfants et pour eux-mêmes. 50 % d’entre eux indiquent que les voyages en famille sont sources de fatigue et de stress. En outre, 39 % sont conscient des risques liés à l’usage du téléphone au volant, alors qu’ils sont 15 % l’utiliser pendant la conduite. 36 % redoutent le refus de priorité au piéton. Pourtant, seuls 13 % respecte la priorité au piéton.  34 % craignent la conduite en état d’ivresse ou sous drogue, mais ils sont 10 % à en consommer au volant.

Ce sondage prouve bien que les automobilistes se contredisent eux-mêmes : ils sont sensibilisés aux conduites à risques, mais restent imprudents dans la pratique. Ainsi, de nombreux progrès sont encore à faire pour joindre l’action à la parole. C’est pour cette raison que le recours à des professionnels comme Eden Transports est vivement recommandé à ceux qui ne peuvent pas se passer de leurs comportements à risques. Grâce à ce service de transport avec chauffeur, les parents peuvent voyager en toute sécurité avec leurs enfants.

 

Enquête: le rapport des Français avec leur voiture

L’intensité de la colère manifestée ces derniers mois par les Français contre la flambée du prix des carburants prouve l’importance qu’ils accordent à leur véhicule.

L’intensité de la colère manifestée ces derniers mois par les Français contre la flambée du prix des carburants prouve l’importance qu’ils accordent à leur véhicule.

85% des ménages français possèdent au moins un véhicule.

 

Un rapport « affectif »

Face au mouvement de prestations des « gilets jaunes » contre la hausse des taxes sur les carburants ces derniers mois, la question se pose sur le rapport des Français avec leur véhicule. Avec près de 33 millions d’automobiles en circulation dans l’Hexagone, la voiture n’a jamais été aussi présente dans le pays.

Aujourd’hui, 85% des ménages français possèdent au moins un véhicule, et entretiennent un « rapport affectif » avec lui. Et les gens se font plaisir lorsqu’ils achètent un véhicule. Mais les prix de vente des voitures augmentent sans cesse durant ces dix dernières années : le coût moyen d’une automobile neuve était de 26.717 €  en 2017, contre seulement 18 962 € en 2008.

Un budget conséquent

Selon encore cette enquête, la voiture représente environ 10% de leur budget pour les 20 % des ménages les plus riches, ce qui n’est pas négligeable. Du côté des plus pauvres, ce taux pourrait s’élever jusqu’à 40 %. Qu’il soit riche ou pauvre, les dépenses des ménages deviennent donc lourdes notamment avec les frais pour les réparations au quotidien, les assurances, les péages et bien sûr, le carburant, etc. Ainsi, ait, la majorité des Français qui achètent des modèles anciens et polluants ne le font pas par choix. Ils n’ont tout simplement pas les moyens d’en acheter un véhicule de norme récente.

À tout cela s’ajoute la mesure, votée le 12 novembre dernier, interdisant les véhicules diesels Crit’Air 5. Au total, près de 800.000 voitures sont concernées par cette  décision qui devrait entrer en vigueur en juillet 2019. Ainsi, pour se déplacer l'esprit tranquille et sans dépenser une fortune, le mieux serait de se tourner vers l’alternative moins chère et plus pratique comme Eden Transports. Disponible 24h/24, elle propose un service de VTC personnalisé destiné aussi bien aux entreprises qu’aux particuliers.